New York Public Library

Publié le 01 Jan 2017

Si la Cinquième Avenue est réputée pour ses boutiques de luxe, elle propose aussi des découvertes insolites. Manhattan abrite en effet la majestueuse bibliothèque New York Public Library. Sa visite vaut vraiment le détour si vous souhaitez emprunter un circuit non touristique pendant votre séjour. Une belle opportunité d’étudier dans un endroit plein de charme si par exemple vous avez la chance d’effectuer un programme scolaire à l’étranger !

 

Un don généreux

La New York Public Library a pu être construite grâce à la donation d’un riche gouverneur, Samuel J. Tilden. Il a en effet donné 2,4 millions de dollars sur son lit de mort pour la bâtir et la faire fonctionner.
Comme il s’agit d’une bibliothèque publique, la salle de lecture est accessible à tous.

Deux bibliothèques existaient déjà à New York en 1886, à la mort de Tilden. Cependant, les deux édifices étaient uniquement réservés aux chercheurs et aux universitaires. La taille de la salle de lecture est également assez modeste et ne pouvait accueillir que très peu de personnes.

Ces bibliothèques étaient aussi confrontées à des difficultés financières en 1892. Elles ont alors fait appel aux services de John Bigelow qui n’est autre que l’avocat en charge du leg de Tilden. Un groupement d’intérêt a alors été décidé pour aboutir à la New York Public Library.

 

Une architecture monumentale

La bibliothèque est construite sur la place du Croton Réservoir, à l’emplacement d’un ancien réservoir d’eau potable. Il se trouve exactement à l’intersection de la 5e et de la 42e avenue. Le chantier a été confié à la société Carrère ans Hastings.

Ce bâtiment se caractérise par son style Beaux-Arts et sa structure hors du commun. Deux lions trônent à l’entrée du bâtiment pour monter la garde. Réalisé en marbre rose de Tennessee, ils se distinguent par leur allure quasi aristocratique. Le Maire de New York leur a donné le nom de Patience et Courage dans les années 30.

Cette action rend hommage au mouvement de résistance des New Yorkais au cours de la Grande Dépression. Au fil des années, les lions étaient décorés et habillés selon les circonstances. Ils arborent de splendides manteaux rouges ainsi que des guirlandes pendant les fêtes de Noël.

Et pour marquer le début du printemps, ils sont magnifiquement couverts de fleur, de toques universitaires ou de chapeau haut de forme. Il y a même des fois où vous les verrez avec une casquette de baseball. Afin de les préserver, ces beaux lions sont régulièrement entretenus dont la dernière restauration remonte en 2004.